CAMPAGNE DE PREVENTION CONTRE LE PALUDISME : Le ministre Diéminatou Sangaré donne le coup d’envoi à Bougouni  

C’est à Bougouni, située à 160 kilomètre de Bamako, la capitale du Banimonotié, qu’a été lancée, ce jeudi 21 juillet 2022, la campagne de chimio prévention saisonnière CPS. C’était sous la présidence de Mme Diéminatou SANGARE, Ministre de la Santé et du Développement Social qui d’ailleurs a administré les premières doses    Pour la circonstance la salle Siraba TOGOLA de Bougouni a refusé du monde ce jeudi matin dans l’optique d’accompagner cette lutte contre le paludisme chez les enfants ainsi que le dépistage de la malnutrition aigüe. La campagne prend en compte les enfants de 3 à 59 mois et ceux de 60 à 120 mois. Selon Mme Diéminatou SANGARÉ, Ministre de la Santé et du Développement Social, le paludisme est un problème de santé publique. « Le paludisme, faut-il le rappeler, constitue un réel problème de santé publique. Il est l’une des priorités de la politique nationale de santé et du gouvernement de Transition ». Le rapport 2020 de l’Organisation mondiale de la Santé, le nombre de cas de paludisme est estimé à 241 millions contre 228 millions il y a deux ans. C’est à cause de cela que 627.000 décès dus au Palu ont été enregistrés en 2020. La région Afrique de l’OMS continue de payer le lourd tribut avec 95% de l’ensemble des cas de palu et 96% de tous les décès liés à cette maladie. En ce qui concerne les enfants de moins de cinq ans, ils sont les 1ères victimes avec 80% des décès de 2020. Le même rapport révèle que la disponibilité et l’accès aux antipaludiques sont insuffisants. Toutes les réponses à ces préoccupations se trouvent en la CPS initiée par les plus hautes autorités du Mali. Le choix de la capitale de Banimonotié n’a pas laissé indifférent le 3eme Adjoint au maire de la commune de Bougouni M. Issa COULIBALY soutient que la CPS servira aux activités de renforcement de la stratégie de réduction de la mortalité des enfants. Il poursuit que rien ne doit entraver cette dynamique qui a l’adhésion de la communauté et de la collectivité. Les prestations artistiques dont les sketchs et les chansons ont davantage expliqué les comportements à tenir pour la chimio prévention saisonnière. La CPS et le dépistage de la malnutrition aigüe visent à permettre une identification et une prise en charge précoce des cas de malnutrition aigüe sévère avec une diminution des cas de complications. L’un des temps forts de cet événement a été l’administration par Mme la ministre des 1 ères doses à Boureima TOLO âgé de 15 mois et Fatoumata TOLO de 36 mois donnant ainsi le top départ de cette vaste campagne de lutte contre le paludisme et la malnutrition. Elle s’étendra sur trois à quatre mois et concernera les zones communautaires de l’ensemble du pays. L’objectif visé est de toucher environ 3.815.915 enfants de 3 à 59 mois dans 58 districts sanitaires et 242.453 enfants de 60 à 120 mois dans les districts sanitaires de Koutiala, Kadiolo et Sélingué. La principale stratégie choisie est le porte à porte pour atteindre les cibles. L’État et ses partenaires s’apprêtent à investir plus de 6.600.501.778 FCFA avec l’implication de 21.156 agents. Mme Diéminatou SANGARÉ a profité pour saluer la bonne organisation de la cérémonie par le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), avant de remercier tous les partenaires qui ont contribué pour la réussite de cette campagne de la CPS. Ccom MSDS

CAMPAGNE DE PREVENTION CONTRE LE PALUDISME : Le ministre Diéminatou Sangaré donne le coup d’envoi à Bougouni  

C’est à Bougouni, située à 160 kilomètre de Bamako, la capitale du Banimonotié, qu’a été lancée, ce jeudi 21 juillet 2022, la campagne de chimio prévention saisonnière CPS. C’était sous la présidence de Mme Diéminatou SANGARE, Ministre de la Santé et du Développement Social qui d’ailleurs a administré les premières doses 

 

Pour la circonstance la salle Siraba TOGOLA de Bougouni a refusé du monde ce jeudi matin dans l’optique d’accompagner cette lutte contre le paludisme chez les enfants ainsi que le dépistage de la malnutrition aigüe. La campagne prend en compte les enfants de 3 à 59 mois et ceux de 60 à 120 mois. Selon Mme Diéminatou SANGARÉ, Ministre de la Santé et du Développement Social, le paludisme est un problème de santé publique. « Le paludisme, faut-il le rappeler, constitue un réel problème de santé publique. Il est l’une des priorités de la politique nationale de santé et du gouvernement de Transition ». Le rapport 2020 de l’Organisation mondiale de la Santé, le nombre de cas de paludisme est estimé à 241 millions contre 228 millions il y a deux ans. C’est à cause de cela que 627.000 décès dus au Palu ont été enregistrés en 2020. La région Afrique de l’OMS continue de payer le lourd tribut avec 95% de l’ensemble des cas de palu et 96% de tous les décès liés à cette maladie. En ce qui concerne les enfants de moins de cinq ans, ils sont les 1ères victimes avec 80% des décès de 2020. Le même rapport révèle que la disponibilité et l’accès aux antipaludiques sont insuffisants. Toutes les réponses à ces préoccupations se trouvent en la CPS initiée par les plus hautes autorités du Mali. Le choix de la capitale de Banimonotié n’a pas laissé indifférent le 3eme Adjoint au maire de la commune de Bougouni M. Issa COULIBALY soutient que la CPS servira aux activités de renforcement de la stratégie de réduction de la mortalité des enfants. Il poursuit que rien ne doit entraver cette dynamique qui a l’adhésion de la communauté et de la collectivité. Les prestations artistiques dont les sketchs et les chansons ont davantage expliqué les comportements à tenir pour la chimio prévention saisonnière. La CPS et le dépistage de la malnutrition aigüe visent à permettre une identification et une prise en charge précoce des cas de malnutrition aigüe sévère avec une diminution des cas de complications. L’un des temps forts de cet événement a été l’administration par Mme la ministre des 1 ères doses à Boureima TOLO âgé de 15 mois et Fatoumata TOLO de 36 mois donnant ainsi le top départ de cette vaste campagne de lutte contre le paludisme et la malnutrition. Elle s’étendra sur trois à quatre mois et concernera les zones communautaires de l’ensemble du pays. L’objectif visé est de toucher environ 3.815.915 enfants de 3 à 59 mois dans 58 districts sanitaires et 242.453 enfants de 60 à 120 mois dans les districts sanitaires de Koutiala, Kadiolo et Sélingué. La principale stratégie choisie est le porte à porte pour atteindre les cibles. L’État et ses partenaires s’apprêtent à investir plus de 6.600.501.778 FCFA avec l’implication de 21.156 agents. Mme Diéminatou SANGARÉ a profité pour saluer la bonne organisation de la cérémonie par le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), avant de remercier tous les partenaires qui ont contribué pour la réussite de cette campagne de la CPS.

Ccom MSDS