Contraception : comment choisir et quelle est la meilleure pour moi ?

[JOURNEE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION] La contraception la plus efficace est celle qu'on choisit. Mais encore faut-il savoir quels sont les dispositifs disponibles, leurs intérêt, leurs limites et leurs contre-indications. Quelle est la meilleure contraception pour vous ? Les réponses de deux gynécologues.

Contraception : comment choisir et quelle est la meilleure pour moi ?

Pilule contraceptive, stérilet au cuivre, stérilet hormonal, implant contraceptif... Les femmes ont aujourd'hui de nombreuses possibilités au rayon des méthodes contraceptives. Mais s'il y a du choix, toutes les méthodes contraceptives ne conviennent (évidemment) pas à toutes les femmes : la pilule impose une certaine rigueur, l'implant contraceptif demande une bonne tolérance aux hormones, l'anneau vaginal exige d'être à l'aise avec son corps...

"Avant une prescription, toutes les méthodes doivent être envisagées afin de choisir la méthode qui conviendra le mieux, celle qui entraînera le moins de contrainte pour la personne, qui sera la plus efficace possible, en respectant les contre-indications éventuelles" explique le Dr Carl Saunier, gynécologue-obstétricien à l’Hôpital-Clinique Claude Bernard-ELSAN, à Metz. ""Je dis toujours à toutes les patientes que j’ai en consultation pour la contraception qu’il faut choisir ce dont elles ont envie, parce qu’on adhère mieux à sa contraception, à son traitement si on le choisit, plutôt que si quelqu’un nous l’impose" ajoute le médecin.

Un questionnaire en ligne pour choisir sa contraception

Chez les femmes, la pilule demeure encore aujourd’hui la méthode la plus utilisée. Toutefois, depuis un an ou deux, "le naturel revient très à la mode" selon le Dr Saunier, qui indique n’avoir jamais autant posé de stérilets au cuivre, ou effectué de stérilisation tubaire. Plus largement, les méthodes de contraception non hormonale bénéficient d’un fort regain d’intérêt auprès d’une population de plus en plus soucieuse des effets indésirables que peuvent provoquer certaines contraceptions hormonales.

Pour aider les femmes à se faire une idée quant à leur méthode contraceptive idéale, le Ministère de la Santé a mis en ligne en février 2020 un questionnaire destiné à mieux cibler les besoins des patient(e)s. Intitulé "Quelle contraception me convient le mieux ?", celui-ci s'intéresse à la vie sexuelle et affective des patient(e)s ("avez-vous un partenaire actuellement ?"), mais aussi à leur historique médical ("quelles méthodes contraceptives avez-vous déjà essayées ?") et à leurs projets ("à l'avenir, voulez-vous des enfants ?").

Au bout d'une dizaine de questions, le site web classe les différentes méthodes de contraception (sans exclure les méthodes de contraception naturelles ainsi que la stérilisation) des plus adaptées à celles qui sont le moins recommandées - notamment à cause des contre-indications. Pas mal pour préparer une consultation chez le/la gynécologue...

Pilule contraceptive : elle ne convient pas à tout le monde

En France, d'après le Baromètre Santé 2016, 72 % des femmes recourent à une "méthode médicalisée" pour leur contraception - implant, anneau, patch... Parmi elles, 36,5 % font confiance à la pilule contraceptive : il s'agit du moyen de contraception le plus répandu en France, en particulier chez les femmes de 15 ans à 24 ans.

Toutefois, prendre la pilule n'est pas un acte anodin et il existe des contre-indications : les pilules fonctionnant à l'aide de progestatifs seuls (lévonorgestrel, désogestrel) sont ainsi interdites aux femmes ayant subi une phlébite au cours des 6 derniers mois, souffrant d'une pathologie hépatique sévère (cirrhose, par exemple), ou d'un cancer du sein / de l'utérus. Pour les pilules fonctionnant à l'aide d'œstroprogestatifs (pilules de 3e génération contenant du désogestrel ou du gestodène, et de 4e génération contenant de la drospirénone), les contre-indications sont plus nombreuses : diabète, tabagisme après l'âge de 35 ans, hypertension artérielle non-contrôlée, migraines...

La pilule contraceptive ne doit donc pas constituer une méthode de contraception "par défaut" : prenez le temps d'en parler avec votre médecin gynécologue !

Nos experts :

  • Dre Brigitte Raccah-Tebeka, gynécologue-endocrinologue à l'hôpital Robert-Debré (Paris)
  • Dr Carl Saunier, gynécologue-obstétricien à l’Hôpital-Clinique Claude Bernard-ELSAN (Metz)
La contraception, c'est quoi exactement ? © Shutterstock
Je débute ma vie amoureuse © Shutterstock
Je n'ai pas de projet de grossesse dans les années à venir © Shutterstock
Je fume, je suis en surpoids, ou je souffre d'une maladie qui contre-indique les œstroprogestatifs © Shutterstock
Je suis en couple stable et prête à accueillir un enfant si ma contraception n'est pas assez efficace © Shuttersto
J'ai de multiples partenaires © Shutterstock
Je n'ai pas l'intention de devenir mère ou j'ai déjà le nombre d'enfants désiré © Shutterstock
Je suis en périménopause © Shutterstock
Les méthodes contraceptives déconseillées © Shutterstock