Etre infecté par le Covid-19 augmente le risque de caillots sanguins, même un an après

Selon une étude britannique, contracter le Covid-19 augmente le risque de troubles cardio-vasculaires dus à des caillots sanguins, jusqu'à un an après l'infection.

Etre infecté par le Covid-19 augmente le risque de caillots sanguins, même un an après

En avril dernier,  une étude suédoise laissait entendre que le Covid-19 augmentait le risque de thrombose veineuse profonde (un caillot sanguin dans la jambe) jusqu’à trois mois après l’infection, d’embolie pulmonaire (un caillot de sang dans les poumons) jusqu’à six mois après et d’un événement hémorragique jusqu’à deux mois après. Selon les chercheurs, le risque serait également plus élevé chez des patients atteints de comorbidités ou ceux qui ont connu une forme sévère de la maladie.

Une nouvelle étude, menée auprès de 48 millions Britanniques non vaccinés de la première vague de la pandémie, vient confirmer ce risque. Et elle précise en outre que l'infection au Covid-19 augmente le risque de caillots sanguins potentiellement mortels pendant au moins 49 semaines après l'infection. Les auteurs de cette étude, publiée dans la revue Circulation, suggèrent ainsi que la pandémie pourrait avoir entraîné 10 500 cas supplémentaires de crises cardiaques, d'accidents vasculaires cérébraux et d'autres complications dues aux caillots sanguins telles que la thrombose veineuse profonde, rien qu'en Angleterre et au Pays de Galles.

La plupart des études précédentes avaient étudié l'impact du covid sur la coagulation sanguine chez les personnes hospitalisées. La nouvelle étude montre qu'il y a également eu un effet sur les personnes dont l'infection au covid n'avait pas entraîné d'hospitalisation.

L’importance de la vaccination pour prévenir la formation des caillots

Pour les chercheurs, ces résultats montrent d’abord l’importance de prendre des mesures, notamment quant à l’administration de traitements qui préviennent la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins aux personnes qui présentent le plus de risques, et renforcent dans un dernier temps l’importance de la vaccination contre le Covid-19.

A noter que les risques de thrombose et d’embolie pulmonaire étaient plus marqué au cours de la première vague, en mars 2020, par rapport aux deuxièmes et troisièmes vagues. Une explication qui peut se trouver dans les améliorations ultérieures des traitements contre le Covid-19 et surtout par la couverture vaccinale bien plus élevée des patients les plus âgés.

Sources :

  • Association of COVID-19 With Major Arterial and Venous Thrombotic Diseases: A Population-Wide Cohort Study of 48 Million Adults in England and Wales, Circulation, septembre 2022
  • Risks of deep vein thrombosis, pulmonary embolism, and bleeding after Covid-19 : nationwide self-controlled cases series and matched cohort study, The British Medical Journal, 6 avril 2022